Vins du Monde


6th.August.2012 Interview de Laura Catena


Laura Catena, docteur à San Francisco, est avant tout la quatrième génération de vigneron issue de la famille qui a révolutionné le vin argentin. La Bodega Catena Zapata avec sa cuvée phare Nicolas Catena Zapata, qui fut le premier vin d'Argentine à obtenir un score de 98+ chez Robert Parker. Entretien réalisé par Amanda Barnes Publié Le mardi 2 Aout 2012 Traduit par Damien DURAND pour Vins du Monde Comment êtes vous tombée amoureuse du vin la première fois ? Quand mon père commençait à révolutionner le vin argentin dans les années 80, j'étais encore étudiante aux Etats-Unis à Harvard et Stanford. Mon père venait alors me rendre visite et nous avions pris l'habitude d'aller dans de grands restaurants. Son objectif étant de faire des vins argentins qui pourraient rivaliser à part égale avec ceux du reste du monde nous devions donc déguster les meilleurs vins présent sur les cartes de ces restaurants. Je suis donc rapidement devenue très exigeante niveau vin. C'est comme cela que j'ai vraiment débuté en ayant ces incroyables conversations avec mon père autour d'une bonne bouteille. Est ce que les grands vins sont fait dans le vignoble ou dans le chais ? Sans aucun doute dans le vignoble. Il est impossible de faire un grand vin sans un grand vignoble. Cependant, il est très facile de ruiner un vignoble d'exception en faisant un vin de mauvaise qualité. Je pense que les deux sont important, mais sans une bonne vigne il n'y a pas de bon vin. Le domaine Catena Zapata et plus généralement l'Argentine rencontrent un vif succès avec le cépage Malbec. Selon vous, est ce que l'avenir se trouve dans les vins de cépage ou bien dans les vins de terroir? Les deux, je pense dans un futur proche. Mon père a mis sur le marché un Malbec cultivé à haute altitude, avec donc des saveurs totalement nouvelles pour l'époque. Vous pouvez donc obtenir de nouvelles saveurs d'un cépage ou d'un terroir. Pour moi, le futur du vin est dans l'expérimentation de différents assemblages, peut être avec les mêmes cépages dans différents endroits, en apportant aux amateurs de vin de nouvelles expériences et de nouvelles saveurs. Est ce que vous faites du vin pour vous-même, le public ou les critiques ? Je fais avant tout du vin que j'aime boire. J'ai bu du vin avec mon père pendant près de 25 ans et nous avons principalement bu les mêmes vins. Alors dans la famille nous avons en quelque sorte les mêmes goûts. Je pense que c'est une des choses que je veux transmettre aux consommateurs de sorte que lorsqu'ils boivent un vin de chez Catena, ils boivent avant tout un vin que j'aime. Qu'est ce que vous pensez du système de notation Robert Parker ? Pour moi le vin est une chose magnifique avec une histoire, un sens de la famille. Une chose qu'un nombre ne pourra jamais couvrir. D'un autre côté comment le consommateur peut-il s'en sortir avec tous ces labels ? Ainsi je pense que ce système aide le consommateur d'une certaine façon, même si il enlève par la même occasion un peu de charme au vin, mais la vie est faite de compromis. Si quelqu'un arrive un jour avec un système un peu plus romantique alors je serais pour ! Est-ce que le Malbec est juste un cépage à la mode ? Le Malbec est un des plus anciens cépages du monde. Si vous regarder au Moyen-âge, c'était le cépage le plus populaire, le vin de Cahors. Maintenant, ce vin renaît en Argentine. Je ne pense pas que le Malbec est juste un effet de mode, car c'est un vin très concentré, avec de bons arômes. C'est juste un vin qui plait ! Si vous deviez choisir entre docteur ou vigneron ? Quand vous êtes docteur, votre but est toujours très clair : vous faites tout pour garder votre patient en bonne santé. Par contre faire du vin est toujours plus compliqué, chaque récolte est unique et tout peut arriver. C'est un métier beaucoup plus risqué. J'aurais du choisir docteur, mais je souhaite ne jamais avoir à faire ce choix. Du point de vue du vin qui sont vos héros ? En premier mon père, Nicolas Catena. Ensuite mon frère, Ernesto. Je l'ai toujours admiré pour sa capacité à prendre des risques. J'éprouve beaucoup de respect pour Angelo Gaja (propriétaire du domaine Gaja dans le Piedmont en Italie), pour tout ce qu'il a fait dans sa région natale, en faisant la promotion de sa région et pas seulement de ses vins, ainsi qu'en important des vins du monde en Italie. Je pense qu'il fait preuve d'une grande ouverture d'esprit. Qu'est que vous n'aimez pas trouver dans un vin ? Je n'aime vraiment pas ce nouveau style de vins rouges très sucrés. Je n'aime pas ce goût, et je pense aussi que c'est un vin néfaste pour la santé. Pour moi, avec modération, le vin est excellent pour la santé, mais lorsque l'on ajoute du sucre alors, cela supprime tous ses bénéfices. Pendant les vendanges, pour qui ou pour quoi priez vous ? Je suis assez superstitieuse. Mon grand-père Domingo, avait l'habitude d'embaucher un sorcier pour venir dans la vigne et faire fuir les mauvais esprits. Quand à moi j'aime croiser les doigts et me concentrer sur des pensées positives. Etant docteur, je vois beaucoup de souffrance et je pense que je garde Dieu pour la famille. Quelle a été votre plus grande satisfaction en tant que vigneronne, et votre plus grand échec ? Ma plus grande satisfaction fut de créer mon propre vin, Luca. J'ai vu une belle opportunité en achetant des grappes, de vieilles vignes familiales en Argentine. Je crois vraiment dans les vieilles vignes, parce que elles ont cet équilibre naturel et de faibles rendements. C'est pourquoi j'ai lancé la cuvée Luca, pour profiter du haut potentiel de ces vieilles vignes. Luca Malbec est devenu un des 100 meilleurs vins selon Wine Spectator et est vendu dans le monde entier. Mais aussi l'écriture du premier ouvrage en anglais sur les vins argentins « Vino Argentino : An Insider's Guide to the Wines and Wine Country of Argentina. » Je ne suis pas de ces personnes qui restent sur leurs erreurs. J'en ai fait quelques unes, mais je ne les mets jamais en bouteille. Où voudriez vous reposer ? A Mendoza, où mes aïeuls reposent près du domaine. Quel serait votre dernier repas et votre dernier verre de vin ? Facile, un Luca Pinot Noir 1999. C'est le meilleur Luca que j'ai élaboré. Et je l'accompagnerai d'un Hamburger frites.


Menu

webdesign

This site makes use of Flash 8.
To experience it the way we intended, you need Macromedia Flash Player 8, a plug-in for your Wed Browser that can play the content we've created.
To download and install it, click here.